Bannière du site Octopus's Website

Concerts > Albums live > "Live at the Greek Theatre 2008"

Live at the Greek Theatre 2008 (2010)

Pochette de l'album Live at the Greek Theatre 2008

Liste des titres

1. IT DON'T COME EASY (4:24)
(Richard Starkey)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles / Traduction en français

2. WHAT GOES ON (3:48)
(John Lennon / Paul McCartney / Richard Starkey)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles

3. THE STROKE (6:56)
(William H. Squier)
Interprétée par Billy Squier - Paroles

4. FREE RIDE (5:23)
(Dan Hartman)
Interprétée par Edgar Winter - Paroles

5. DREAM WEAVER (5:10)
(Gary Wright)
Interprétée par Gary Wright - Paroles

6. BOYS (4:03)
(Luther Dixon / Wes Farrell)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles

7. PICK UP THE PEACE (6:12)
(Hamish Stuart / Roger Ball / AWB)
Interprétée par le All-Starr Band (instrumental)

8. ACT ACTUALLY (3:26)
(Van Morrison / Johnny Russell)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles

9. YELLOW SUBMARINE (3:21)
(John Lennon / Paul McCartney)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles

10. NEVER WITHOUT YOU (5:27)
(Richard Starkey / Mark Hudson / Gary Nicholson)
Interprétée par le Ringo Starr - Paroles / Traduction en français

11. I WANNA BE YOUR MAN (3:41)
(John Lennon / Paul McCartney)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles

12. WHO CAN'T IT BE NOW (4:56)
(Colin Hay)
Interprétée par Colin Hay - Paroles

13. PHOTOGRAPH (3:57)
(Georges Harrison / Richard Starkey)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles / Traduction en français

14. OH MY MY (5:03)
(Richard Starkey / Vini Poncia)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles

15. WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS (3:45)
(John Lennon / Paul McCartney)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles

16. GIVE PEACE A CHANCE (2:33)
(John Lennon)
Interprétée par Ringo Starr - Paroles



Commentaires

Routinières les tournées du All-Starr Band (en moyenne une tous les deux ans) et tout aussi routiniers les albums qui les consacrent... Ce dernier cru, enregistré au Greek Theatre de Los Angeles en conclusion de la tournée 2008 de Ringo, apporte de trop rares nouveautés aux fans qui collectionnent religieusement chaque nouvel album du groupe. Who Can It be Now, déjà interprété par Colin Hay il y a sept ans et présent sur le CD Tour 2003) ainsi que Free Ride d'Egar Winter nous sont déjà connus ; seules trois chansons des "All-Starrs" sont inédites. Aux côtés des deux musiciens précédemment cités, Hamish Stuart, Gregg Bissonette, Edgar Winter, Billy Squier et Gary Wright complètent le groupe de choc qui accompagne Ringo sur scène. L'ensemble sonne divinement bien, le show est parfaitement rodé, l'audience s'en régale et plusieurs titres font mouche. Il en est ainsi du merveilleux instrumental Pick up the peace, principalement exécuté par Hamish Stuart.

Se pose néanmoins la question de la fréquence des albums live du All-Starr... Les années passent, la formule reste la même et invariablement Ringo nous revient avec ses interprètations sur scène de Yellow Submarine, It don't come easy, With a little help from my friends ou encore Photograph. Bien sûr, il y a aussi des apports, une version convaincante de Never Without You et la surprise de retrouver Oh My My, cette chanson de 1973 que Ringo s'est enfin décidé à reprendre en public ! Bien sûr la prestation s'achève avec un bel hommage à John Lennon, un Give peace a chance repris en coeur qui ne peut laisser indifférent. Pourtant, on ne peut s'empêcher de penser que la machine tourne désormais un peu à vide, que le concept s'use, que les disques estampillés "All-Starr Band" sont tout simplement trop nombreux et qu'en l'occurence, sur ce dernier en date, Ringo n'y livre pas sa meilleure performance vocale. Ni l'émotion dégagée par le premier CD-live de 1989, qui marquait le grand retour de Ringo après ses années noires, ni l'intensité trépidante du live 2001 Ringo and his New All-Starr Band ne se retrouvent hélas dans ce Live at the Greek Theatre bien plus commun.

P-H, Webmaster


Je dors très bien la nuit d'avoir manqué ces occasions de voir le All Starr Band. C'est la partie de la carrière de Ringo qui m'énerve le plus. Ca me semble être de la lâcheté, manque de confiance en soi pour monter un show par lui-même, ignore son matériel récent plus souvent que le contraire, ne prend même pas la peine de diversifier la set list, le potentiel d'avoir toutes ces légendes sur une même scène est faiblement exploité en rendant les chansons d'une facon plutôt proche de l'originale ou qui sinon devient récurrente peu importe les membres du band, sans compter que personne n'apporte d'éléments personnels aux pièces en dehors de leur tour de lead (bon, peut-être Mark Rivera, mais encore, il s'est échoué dans les années 80 et parvient à force de pratique à recréer le son de sa jeunesse, quand tout ca avait un but créatif) et en plus ils viennent rire de nous en l'emballant de 24 facons différentes chaque tournée en présentant tout ca comme si c'était nouveau et excitant.

Dans les footages du dvd 2006 ou aux alentours on les voit en coulisse faire quelques blagues, histoire de se dérider de la triste routine qu'ils continuent d'endurer par habitude, parce qu'ils ont peur de faire autre chose. Un peu comme de vieilles prostituées devenues incapables de feindre le plaisir avec crédibilité, mais s'obstinant à chanter leur sérénade dans l'espoir qu'on agisse envers eux en fonction de ce qu'ils étaient et non ce qu'ils sont aujourd'hui, mais logiquement ramassant les boulots dont personne n'a envie. En fait j'imagine avec ironie le malaise revenant année après année quand Ringo fait sortir tout le monde de sa caravane personnelle (histoire de pouvoir s'isoler n'importe où dans le monde) et demande qui a envie de continuer l'année suivante. Un Billy Preston expliquant poliment qu'il s'était embarqué pour rire un bon coup mais qu'il devait retourner à ses occupations pendant que Dr. John le suit en disant que c'est à peu près ce qu'il s'était imaginé même s'il n'y avait pas réellement pensé tout court, puis, Roger Hodgeson guéri de sa crise existentielle et se rappelle qu'il a eu des hits dans des temps plus accueillants, alors il se dit qu'il a un nom assez réputé pour aspirer à mieux que ces amis des temps durs. Puis, Ringo s'asseoit devant son annuaire d'amis célèbres, raye les noms de quelques décédés et de ceux qui ne s'y feront décidément pas reprendre une deuxième fois, et, tel un junkie totalement concentré à trouver un moyen miracle de survivre une journée de plus mais sans même songer à arrêter, ignore Mark Rivera qui essaye de l'encourager d'un air trop compatissant pour être vrai tel une femme épousant un vieil homme et s'attirant les faveurs de l'unique héritière, et demande à Sheila.E - la carrière de Prince aurait par hasard besoin d'un remontant - comme il lui demande chaque année, et elle de hocher la tête naivement en se demandant toujours pourquoi on veut d'elle dans un band où il y a déjà un batteur légendaire qui est de surplus le bandleader.

Si seulement ce n'était qu'une triste bande de compagnons buvant à la jeunesse évanouie et s'amusant de tout leur coeur maintenant qu'ils ont la sagesse de ne plus se soucier des réactions.... Mais non, ils sont là, trouvant plein de raisons (toutes plus bidons les unes que les autres) pour continuer de faire ce qu'ils font, comme par exemple préserver un héritage (alors qu' ils ne font qu'en salir le nom en le réduisant à ses clichés et en créant plus d'offre que de demande), ou encore faire plaisir aux fans (mot qui pour plusieurs d'entre eux a depuis longtemps perdu toute connotation humaine). C'est à ce niveau que je me révolte. Chaque fois que je vois un nouveau All Starr Band dans le bacs mon sourire s'amenuise, puis j'ai l'impression d'être un chien à qui on vient servir le même repas chaque soir, ou encore comme un mari qui se rend compte que sa femme a commencé à faire semblant par politesse. Parfois je me dis que quelqu'un a bien dû lui faire la remarque, la situation est tellement devenue banale qu'elle en gagne un étrange intérêt. Je m'imagine Ringo dans son jardin qui répond "Bah! They're all gonna buy it anyway!" réellement sans penser qu'il y a quoi que ce soit de négatif à dire ce genre de choses.

Ca me rend toujours perplexe de voir des gens au succès si évident avoir tellement peur de la défaite. Et pourtant quand il se donne la peine il n'échoue pas, c'est historique même. Et il adore ça, faire des nouveaux disques Ringo, ça se voit et ça s'entend. Mais dès qu'il semble être sur une bonne lancée pour se lancer dans une carrière qui se porterait probablement mieux en solo, comme Saint-Pierre suivant Jésus Christ marchant sur la mer morte, il manque de foi et tombe à l'eau. il disparait quelques années avec le All Starr Band, faire ce qu'il sait faire de mieux avec facilité et efficacité décontrax, sors une dizaine de disques live qui ne font qu'espacer les albums studio de plus en plus, et puis quand tout le monde a fait son deuil, il recommence tout à zéro suivant les conseils de plus jeunes que lui et prend le tout à la légère, donnant juste assez pour déduire qu'il est capable de plus.

Ils vont par-ci, par-là, ces All Stars, s'imposant comme des alcooliques qui croient être aimés universellement, sans demander réellement où on a envie de les voir et exécutent leur numéro d'auto-parodie, seul moyen d'attirer l'attention de quelques jeunes déguisés en hippie convaincu de comprendre ce que ça a été de vivre dans les années 60 à cause de ce qu'ils fument ou écoutent, ou de personnes agées solitaires et nostalgiques cherchant la compagnie d'autres Peter Pan (qui, comme eux, ont fini par vieillir mais refusent de l'admettre) avec qui ils pourront entretenir leur déni du temps qui passe en réjouissant que quelqu'un approuve, peu importe si c'est justifié.

S'ajoute à ce public quelques fans passionés et fidèles (comparables à de jolies filles trop naivement amoureuses), les acceptant et les aimant pour ce qu'ils sont, se réjouissant même du peu qu'ils recoivent mais toujours laissés insatisfaits, car ils sont pris pour acquis et on n'a plus besoin de faire d'effort pour leur amour. Ces fans essuient la déception sans trop de douleur, ayant pardonné d'avance, mais parfois dans leur for intérieur ils ne peuvent s'empêcher de se dire que c'est tellement dommage, une vraie honte, de voir quelqu'un capable de tant se contenter de faire si peu, et regarder ces personnes que l'on aime s'épuiser à essayer de plaire au capricieux "Grand public" en récitant des valeurs sûres en faisant bien attention afin d'entretenir cet amour fragile et superficiel qui se terminera un jour ou l'autre de toute facon, quand l'hypocrisie et la redondance deviendront plus pénibles que l'interdépendance dans laquelle ils se complaisent. Et ces fans se disent avec un peu d'amertume mais sans rancoeur que ce public est bien peu reconnaissant, pour être si demandant, et que c'est tellement injuste de les voir écouter à moitié et se plaindre de ce qui ne s'est pas déroulé comme prévu alors que si l'on était à leur place, on se laisserait submerger par les subtilitées de l'artiste, on chercherait à le voir au plus naturel et on accueillerait ses états d'âme comme la source même du plaisir que l'on a à écouter sa musique. Mais la triste réalité c'est que même si la majorité recherchait le naturel, on ne l'aurait probablement pas plus, de toute facon !

Et à part ces trois styles de personnes composant la majorité de leur public, qui va voir le All Starr Band? Des curieux cherchant à témoigner de quelque chose d'historiquement important pendant que c'est encore possible de faire, des gens qui vont là où les gens vont, des artistes et des étudiants y voyant quelque chose de raffiné ou de rituel, et des gens qui aiment tout simplement la musique et qui en courent les occasions. Et ce sont ces gens là qui en fait s’amusent honnêtement à un concert du All Starr Band, ceux qui ne se font pas d'attentes et qui ne réclament pas frénétiquement d'être impressionnés à chaque instant. Et c'est ça le fondement de la philosophie Ringo en fait quand on y pense bien, let's take the time to stop and smell the roses, plutot que d'essayer d'intellectualiser ce qui ne désire pas l'être... En fait c'est moi l'imbécile de chercher ce qui n'existe pas, pendent ce temps, ceux qui apprécient le All Starr Band s'éclatent avec 23 albums jusqu'à plus savoir quoi en faire et moi je me plains dans le silence sur un site écrit dans une langue que Ringo ne comprendrait même pas s'il tombait dessus de toute facon! Eh puis... à la base ce sont de bonne chansons tout de même, peu importe le nombre de fois qu'on les entend... Eh puis la paix.... L'amour... rien de bien négatif là dedans... En fait, à bien y penser, j'aurais adoré aller voir les voir à Toronto.......

Buckingham

________________________________________

Vous pouvez vous aussi nous envoyer votre critique d’album, laquelle sera publiée sur ce site dans les plus brefs délais. Ecrivez-nous à cette adresse : octopus.website@gmail.com

Octopus’s Website - Version 5
Contact webmaster : octopus.website@gmail.com