Bannière du site Octopus's Website

Vie > Ringo et les Beatles > Ringo, batteur, compositeur, interprète

Ringo et les Beatles


La rencontre - Ringo, batteur, compositeur, interprète - La fin d'un mythe


Ringo jouant de la batterie               Image psychédélique de Ringo

Ringo Starr a intégré le groupe en août 1962, remplaçant au pied levé Pete Best, jugé médiocre par George Martin. Mais ce même George Martin doute des capacités de Ringo, c’est pourquoi il fait appelle à Andy White pour enregistrer avec les Beatles le morceau Love Me Do, qui devient un hit en Angleterre, ce que Ringo mettra bien des années à digérer… Puis vient rapidement la consécration pour les Beatles : la frappe énergique et ultra-précise de Ringo, ainsi que son excellent tempérament s’avèrent très vite appréciés par John, Paul, et George.

Les amateurs et les critiques ont en revanche les plus âpres difficultés à assimiler le drumming de Starr. Réputé trop monotone, dépourvu de toute originalité, son jeu ne suscite pas l’admiration immédiate, à l'opposé de celui de batteurs comme John Bohnam et Keith Moon. C’est au fil des années que les batteurs ont constaté la richesse cachée du style de Ringo Starr. Chez lui, la constance prime sur le démonstratif (Ringo a toujours eu une sainte horreur des solos inutiles) et il sait adapter son légendaire « binôme linaire » à chacun des morceaux qu’il a l’honneur d’accompagner. Le génie de Ringo est donc le feeling, l’approche toujours impeccable du rythme, ayant recours aux breaks lorsque cela est absolument nécessaire, afin de ne pas surcharger l’instrumentalisation. « La batterie est avant tout un instrument d’accompagnement, servant le rythme » déclare Ringo, justifiant ainsi le soin qu’il porte à ne pas prendre trop d’importance sur une chanson. Les spécialistes, eux, avouent désormais la difficulté de pratiquer un tel jeu, nécessitant une précision absolue. À cela s’ajoutent les trouvailles rythmiques parsemant l’œuvre des Beatles : Long Tall Sally, I saw her Standing there, Rain, Tomorrow Never Knows et surtout Come Together sont autant de preuves de l’imagination et du talent de Ringo Starr. Batteur reconnu et admiré, le grand Phil Collins affirme même qu’il ne sera réellement satisfait de son jeu de batterie que le jour où il parviendra à reproduire la frappe de Ringo sur un autre grand titre des Fab, A day in the life...

Starr s’impose aujourd’hui comme l’un des batteurs les plus influents de toute l’histoire du Rock, un modèle que vénèrent bien des jeunes batteurs.

Mais la place de batteur - et ce dans bon nombre de groupes - est souvent la place ingrate, compromettant toute émancipation. Néanmoins, Paul McCartney et John Lennon accordent à Ringo une petite faveur : celui-ci bénéficie du privilège d’interpréter une chanson sur chacun des albums du groupe, ce qui lui permet d’avoir « son petit numéro à lui ». Certes, sa tessiture est limitée, mais la participation de Ringo, tout comme celle de George Harrison, a su apporter un petit plus aux disques des Fabs. Il faut préciser que trois albums font tout de même exception à la règle : Ringo ne chante pas sur A Hard Day’s Night, Magical Mystery Tour et Let it be. Les titres qu’il eut l’honneur d’interpréter furent souvent des titres que l’on pourrait qualifier de «secondaires» ; deux finirent pourtant par sortir du lot : le mégatube Yellow Submarine et sa propre composition Octopus’s Garden.

Voici la liste des chansons des Beatles chantées par Ringo Starr :
- Matchbox sur le E.P. LONG TALL SALLY
- Boys sur l’album PLEASE PLEASE ME
- I wanna be your man sur l’album WITH THE BEATLES
- Honey Don’t sur l’album BEATLES FOR SALE
- Act naturally sur l’album HELP !
- What goes on sur l’album RUBBER SOUL
- Yellow Submarine sur REVOLVER et YELLOW SUBMARINE
- With a little help from my friends sur l’album SGT. PEPPER'S LONELY HEARTS CLUB BAND
- Don’t pass me by sur l’album THE BEATLES
- Good Night sur l’album THE BEATLES
- Octopus’s Garden sur l’album ABBEY ROAD

Sa voix étant grave et nasillarde, Ringo n’a pu très souvent participer aux chœurs sur les morceaux des Beatles. Néanmoins, il en enregistra quand même quelques-uns, notamment sur Continuing Story of Bungalow Bill ou Carry That Weight.

George Harrison a eu énormément de mal à imposer ses compositions, parfois excellentes, aux deux leaders du groupe qu’étaient Lennon et McCartney. Il en fut de même pour Ringo, qui avait écrit Don’t pass me by en 1964; il fallut quatre ans pour qu’enfin la chanson fasse partie d’un album ! Elle paraît en effet en 1968 sur The Beatles (le célèbre "White Album"). Ringo signera une deuxième chanson pour les Beatles, la sublime Octopus’s Garden, composée lors de vacances en Sardaigne, morceau amusant, frais et poétique à la fois, qui figure sur le grand chef-d’œuvre des Beatles, Abbey Road.

Notons encore que Ringo a participé à l’écriture des titres suivants :
- What goes on (chanson signée Lennon / McCartney / Starkey)
- Flying (chanson signée Harrison / Lennon / McCartney / Starkey)
- Christmas Time (Is here again !) (chanson signée Harrison / Lennon / McCartney / Starkey)
- Dig it (chanson signée Harrison / Lennon / McCartney / Starkey)
- Maggie Mae (chanson traditionnelle dont les arrangements sont signés Harrison / Lennon / McCartney / Starkey)

What goes on, qu’il interpréta, fut donc la toute première chanson sur laquelle apparaît sa signature. Mais lorsqu’on lui demanda dans quelle proportion il avait participé à son écriture, celui-ci, facétieux, répondit : « Environ 5 mots ! ».


Octopus’s Website - Version 5
Contact webmaster : octopus.website@gmail.com